Comme c'est samedi soir ;-), je vous livre un poème un peu plus "chaud" que le précédent. Je l'ai écrit en m'inspirant d'une chanson de Thiéfaine que j'aime beaucoup, Sentiments Numériques Revisités sur l'album La Tentation du Bonheur. J'espère que ce dernier y verra, s'il le lit un jour, un hommage en toute humilité à la richesse de ses textes.

 

« Je n’ai plus… »

 

Lorsque digne héritier des anciens troubadours,

En l’écrin délicat d’un sonnet de velours,

Tu livres les secrets de ton âme blessée

Par les flux angoissés de mes sombres pensées,

Lorsque tu rends jaloux tous les princes charmants

Qui n’ont pas vu en moi la Belle au Bois Dormant,

Qu’en jouant de caresses à nulles autres pareilles

Tu me réveilles enfin de mon trop long sommeil,

« Je n’ai plus de mots assez durs

Pour te dire que je t’aime »

 

Lorsque l’air se charge de tension érotique

Au rythme de regards aux accents hypnotiques,

Que l’ambre liquide qui emplit tes iris

Inonde mes veines converties en calice,

Lorsque l’histoire d’A se love dans les eaux

D’un océan profond aux reflets indigos,

Que l’image entrevue dans l’antique psyché

Révèle les contours de mes désirs cachés

« Je n’ai plus de mots assez durs

Pour te dire que je t’aime »

 

Lorsque sous tes longs doigts je me sens qui défaille

Dès les commencements de l’intime bataille,

Que je me donne à toi, indécente vestale,

Pour d’intenses danses, divines bacchanales,

Lorsqu’au creux de ma main je te sens qui frissonnes

Grisé par les plaisirs auxquels tu t’abandonnes,

Que l’accomplissement de tes vœux interdits

M’ouvre des horizons jusqu’alors inédits

« Je n’ai plus de mots assez durs

Pour te dire que je t’aime »

 

Ax-L

Ecrit en mars 2009, pour mon Phil

 

 

Ce texte est la propriété de son auteur. Vous n’avez en aucun cas le droit de le reproduire ou de l’utiliser de quelque manière que ce soit sans un accord écrit préalable de son auteur.